24.3.13

Oh smoky, you rock my world…

Je suppose que je ne suis pas la seule fille à hésiter des heures et des heures (d’accord seulement quelques minutes) à réaliser  un smoky. Plusieurs raisons expliquent ce temps de réflexion prolongé, il faut travailler avec des teintes sombres, avoir un peu de temps devant soit (sauf si on applique la technique Ayem à savoir ne SUTOUT pas estomper), aimer travailler avec des fards mats et enfin ne pas avoir peur de ressembler à un panda. Ce n’est donc pas un maquillage que je pratique régulièrement sur mes paupières mais récemment tout a changé.

Oui tout. Grâce à Jemma Kidd. 

J’ai, il a quelques semaines reçu les deux livres qu’elle a consacré au maquillage, « Make-up masterclass » et « Make-up secrets » qui rassemblent pour l’un toutes les informations utiles pour commencer à se maquiller ou pour associer les bonnes couleurs et textures à sa carnation tandis que l’autre présente de multiples astuces et types de maquillages à réaliser facilement. C’est dans ce dernier que j’ai découvert mon Smoky idéal. 

.
Il ne s’agit pas du traditionnel Smoky couvrant toute la paupière mobile de noir et s’étendant parfois sur l’arcade. Non ici la technique est plus facile et rapide à réaliser puisque vous n’aurez pas à avoir à estomper fards très sombres et pourrez obtenir un rendu plus fumé et même lumineux. Oui, vous avez bien lu : lumineux. Rassurez-vous vous ne ressemblerez pas non plus à une boule à facettes mais l’effet n’est pas mat et très étendu comme on peut souvent le voir dans les Smoky plus classiques.

Pour cela j’ai utilisé des fards clairs mats afin d’unifier et marquer la paupière puis un crayon noir à partir duquel tout le reste du maquillage a été réalisé. Pour le travailler correctement vous aurez besoin d’un pinceau suffisamment fin et étoffé afin d’estomper le crayon sans faire de pâtés sur l’œil.

Omega et Heaven mes alliés lumineux 
Pour commencer j’ai appliqué un fard clair et beige sur l’ensemble de la paupière mobile afin de créer un terrain clair et lumineux pour le reste du maquillage. Ici il s’agit de la teinte « Heaven » de la palette « Eye Love » de Too Faced.  

Etape n°1 : On éclaire
Comme j’ai l’habitude de le faire lorsque je trace un trait d’eyeliner je marque très légèrement le creux de la paupière avec un fard mat neutre. Dans ce cas de figure j’ai choisi « Omega » de chez MAC, un brun neutre tirant  légèrement vers le gris. Ceci permet de donner un peu plus de dimension à l’œil afin qu’il ne paraisse pas effacé avec le reste du maquillage.  

Etape n°2 : On marque le creux
C’est ici que le Smoky va réellement commencer à prendre forme puisqu’on va utiliser le crayon noir. Je vous recommande d’en choisir un dont la matière est suffisamment grasse et intense afin de bien pouvoir l’estomper sans qu’il ne s’affadisse. J’ai personnellement utilisé le Glide on pencil 24/24h d’Urdan Decay dans la teinte « Zero » que j’ai déposé le long du ras de cil de la paupière. Pas de craintes à avoir pour la pose, elle peut être grossière et imprécise ce ne sera pas un problème pour la suite.

Etape n°3 : Préparation de la zone à assombrir
Afin de créer l’effet fumé vous devez estomper le crayon que vous avez déposé en ras de cil à l’aide de votre pinceau. J’ai personnellement essayé de remonter la matière environ aux deux tiers de la paupière afin de ne pas trop charger l’œil et de préserver cet effet fumé. Si vous vous rendez-compte qu’il n’est plus possible de travailler davantage le crayon, vous pouvez en rajouter autant que besoin en ras de cil et l’estomper de nouveau.

Etape n°4 : On fume, on fume, on fume, sans modération !
Pour définir davantage le regard et rendre le maquillage de vos yeux plus soigné, déposez de nouveau un trait le long de votre ras de cil en essayant cette fois-ci d’être la plus précise possible. Vous pouvez définir l’épaisseur du trait selon votre volonté, j’aime personnellement ne pas le faire trop épais afin de ne pas alourdir l’œil.

Etape n°5 : Définition du ras de cil
Arrive ici la fameuse technique qui m’a séduite dans l’un des livres de Jemma Kidd : l’effet mouillé ou du moins humide que vous pouvez apporter au regard. Il s’agit ici de transformer la texture de votre maquillage en ajoutant une matière pour le moins inattendue qui va nettement intensifier le noir du crayon et le maquillage dans son ensemble.  Dans son ouvrage, Jemma Kidd, ne précise pas réellement de quel matière il s’agit mais une illustration s’apparentant à de la vaseline ou d’un baume à lèvres type Carmex apparaissent dans le matériel à utiliser. J’ai donc personnellement choisi d’utiliser mon baume Carmex pour mettre en œuvre ce procédé.

Carmex mon compagnon insolite
Pour cela j’ai utilisé le dos d’une cuillère à café afin de prélever un peu de baume préservant ainsi son hygiène et ne mélangeant pas soins et maquillage. Une fois la matière à votre disposition tapotez légèrement votre doigt dedans et déposez-en uniquement sur le ras de cil que vous avez précédemment tracé au crayon. Très peu de produit suffit pour créer cet effet humide et lumineux sur l’œil vous n’aurez donc pas à sacrifier beaucoup de votre précieux baume. 

Etape n°6 : Application de l'effet mouillé
Un petit zoom pour la route !
Afin d’égaliser le maquillage je dépose un peu de crayon noir en ras de cil inférieur sur les deux tiers de la surface que j’estompe avec un pinceau pour ne pas durcir davantage le regard.

Etape n°7 : On égalise
Finalisant le tout j’applique mon mascara, dans mon cas le « They're real » de Benefit en petite quantité. 

Etape n°8 : Mascaratage !
Evidemment on peut se poser la question tout à fait logique : mais le baume ne va-t-il pas avoir tendance à filer dans la paupière au cours de la journée ? Ce ne sera pas le cas si vous vous contentez d’en déposer uniquement en ras de cil et que votre trait de crayon n’est pas trop épais. En revanche si l’extrémité de votre paupière a tendance à toucher l’os de votre arcade alors je vous déconseille fortement cette technique qui vous garantira un copier/coller de la matière sur la partie supérieure de votre œil.

Pour ce qui est de l’effet mouillé il le reste pour le reste de la journée, je l’ai personnellement testé pour aller au travail et mon maquillage a conservé ce rendu jusqu’à mon retour à la maison. C’est donc un maquillage assez simple et rapide à réaliser nécessitant relativement peu d’outils et à la portée de tous. De même vous pouvez réellement définir l’intensité que vous souhaitez obtenir en ajoutant selon votre bon vouloir de la matière ce qui n’est pas forcément le cas avec des fards mats sombres et très pigmentés. Ce que j’aime surtout c’est évidemment ce petit plus qu’apporte le baume en attirant la lumière sur le ras de cil donnant au maquillage cette dimension différente et originale. J’espère ainsi avoir pu vous faire découvrir de nouvelles choses et reviendrai très prochainement avec d’autres astuces made in Jemma Kidd !

2 Responses so far.

  1. Cinna says:

    Je garde la technique ultra simple du fumé, en revanche ayant souvent le maquillage qui déteint sur mon arcade, je vais éviter l'effet mouillé (déjà qu'en cours de journée/soirée, il faut toujours que je me regarde dans une classe pour essuyer mon arcade, si je mets du baume ça sera la cata !) Sinon, article super cool, et super bien expliqué, qui me donne envie d'acheter des trucs pr maquiller les yeux alors que je n'en ai pas besoin

  2. Did says:

    hiii j'aurais aimé une vue d'ensemble !! mais merci du tuto !!

Leave a Reply