28.5.15

Youtubeuses beaute : l’attaque des clones ?

La première fois que je me suis rendue sur Youtube pour chercher des conseils maquillage c’était en 2007. Il y a presque dix ans. Je ne me maquillais quasiment jamais et cherchais donc quelques bonnes astuces pour obtenir un maquillage digne de Beyoncé herself. Je suis rapidement tombée sur la chaîne de Michelle Phan désormais devenue prêtresse internationale de la mise en beauté sur la toile. On ne va pas se mentir aujourd’hui on tombe plus souvent sur des « tags », les « GRWM », les « room tour » et autres « mises au point » que des vidéos possédant un réel aspect « beauté ». En fait elles se font diablement rares.

Youtube est devenue une fourmilière telle qu’on ne compte plus les nouvelles recrues beauté déboulant sur le web chaque jour. Pas que j’ai une dent contre elles, j’ai moi-même un compte (pas tellement actif) et j’ai surtout aimé découvrir certaines d’entre elles quand le phénomène était encore à ses débuts. Ce que je regrette aujourd’hui c’est cette vague gigantesque d’uniformisation : les comptes, les vidéos, les attitudes, les contenus se ressemblent tous…


Celles qu’on retient ? Les plus suivies, les copines et les réseaux des plus suivies… Et de façon vraiment minoritaire celles qui se détachent des normes établies par la masse. Faisons un calcul simple : sur les cinq plus grosses têtes françaises du site seules deux produisent plus ou moins régulièrement des contenus vraiment orienté beauté avec des tutoriels coiffure ou maquillage, des revues précises de produits, des conseils concrets.


  • Les ressemblances ?

Aujourd’hui c’est bousculade de « Get ready with me (GRWM) », d’ « Ask »,  de « tags », de « favoris », de « room tours ». Chaque youtubeuse nous propose à intervalle régulier de découvrir le contenu de son sac, de se préparer avec elle pour aller aux toilettes, de faire une petite mise au point sur sa vie privée et son avenir sur le réseau social avec des foires aux questions. Des contenus pas tellement orientés beauté, assez génériques et plus ou moins les mêmes peu importe la chaîne sur laquelle on se trouve. Soyons claires, je n’ai rien contre tout ce déballage mais ce n’est pas tellement ce que j’attends quand je recherche un compté dédié à la beauté. Des revues détaillées sur les dernières nouveautés d’une marque, un tutoriel m’aidant a réaliser un chignon travaillé, à dessiner un trait d’eyeliner potable sont à mon sens plus appropriés. Sauf que dans la guerre des vues et des abonnées tout le monde se loge à la même enseigne : parce que produire quelque chose de déjà connu et populaire c’est se garantir des vues, des abonnées. 

L’autre point frappant c’est la professionnalisation des contenus : éclairages, parapluies, reflex, musiques, logiciels de montage toujours plus élaborés. Chaque youtubeuse tente de mettre toutes les chances se son côté en rassemblant ces divers atouts pour produire le meilleur contenu possible. C’est très bien, c’est agréable, mais ce n’est pas indispensable. J’ai plutôt l’impression de voir un passe temps  autrefois authentique se transformer en une véritable petite entreprise dans la course aux vues. Une avalanche de fondus, d’émoticônes, ou de musiques à la mode ne me fera pas oublier un contenu pas tellement qualitatif derrière un vernis esthétique. Et la vague n’est pas prête de s’arrêter quand je vois des adolescentes de 12 ans réclamer un reflex à noël pour pouvoir se filmer dans leur chambre. 

Enfin la tendance qui me fait carrément flipper ces derniers temps : l’arrêt des études et l’étalage grandissant de sa vie privée. J’admets que c’est une tendance que l’on remarque principalement chez les plus suivies ; celles qui ont les plus gros partenariats avec les marques et les chaînes de télévision. Celles qui peuvent temporairement « se le permettre ». Evidemment chacun fait ce qu’il veut de sa propre vie et j'admire la réussite de certaines d'entre elles mais je trouve souvent dangereux de transmettre ce type de message et de parcours à des abonnées pour la plupart très jeunes et encore en plein apprentissage scolaire. Si pour certaines un métier consiste à passer ses journées sur son canapé à monter une vidéo, filmer son repas, ses achats ou encore faire ses courses dans le centre commercial du coin c’est relativement effrayant et pas ce que j’appelle un exemple. Et ce n’est pas non plus ce qui devrait faire rêver les plus jeunes. 

Du coup je me suis "amusée" a faire quelques petits calculs et graphiques basés sur les 20 dernières vidéos de cinq youtubeuses beauté connues et particulièrement suivies. Voici ce que ça donne : 

Oui vous lisez bien, deux personnes seulement produisent 79% du contenu beauté...
  • Mais alors qu’est-ce qu’on perd ?

La plus grande perte ? L’authenticité ! Tous les détails sont travaillés et contrôlés au millimètre près : le rythme des publications, la séparation des contenus (chaîne de vlog / chaîne beauté), le montage, l’arrière plan (j’hallucine encore devant les « pièces youtube »), la tenue… On peut également suivre avec une facilité déconcertante les campagnes marketing des marques. Une vague de revues sur les produits the body shop en février, la nouvelle collection de too faced en mars, les voyages sponsorisés chez Disneyland en avril… sur une bonne vingtaine de chaînes en même temps. On sent bien que parmi les plus suivies un rendement de la vidéo a lieu, tous les paramètres sont mis en place pour obtenir le plus de visibilité et de partages possibles. J’entends bien que le discours et la passion derrière tout ça est sincère chez la plupart des filles mais cette normalisation de leur activité l’est beaucoup moins. 

Ce que je regrette également et que je désignais plus tôt c’est la perte de contenus réellement dédiés à la beauté. Les tutoriels coiffure, maquillage, nail art, les conseils et les revues se font assez rares. Je ne me tourne plus du tout vers Youtube pour les trouver mais vers les blogs plus spécialisés, moins visités, encore pour la plupart authentiques. Personnellement savoir ce que Youtubeuse 1, 2 et 3 vont répondre au tag « I love Spring » ne va pas m’apporter grand chose. 

En découle directement… la fin des contenus originaux. Les tags se partagent plus vite que la dernière sextape de Paris Hilton, les contenus sortant du lot sont noyés sous la masse des « hauls », le qualitatif effacé dernière le grand déballage. Je n’ai rien contre le partage, je regrette simplement qu’il ne soit pas plus intéressant. En fait si vous recherchez réellement des contenus originaux tapez dans les chaînes des youtubeuses "historiques" n'ayant pas décidé de prendre le train de l'uniformisation ou celles cherchant vraiment à partager leur passion. 

Youtubeuses beauté hein ?

  • A qui la faute ?

D'une part les marques qui se sont emparées du phénomène des youtubeuses à juste titre. Tout le monde y gagne, les filles peuvent tester les nouveautés et les entreprises gagnent en visibilité et se reposent sur leur influence. Dans les deux cas chaque partie n’a pas tort de se servir de l’autre sauf que désormais tout est tellement visible que nous ne faisons plus confiance ni à l’une ni à l’autre. Et dans ce domaine Youtube est loin d’être le seul canal concerné. 

Et l'autre responsable, celui qui est le plus difficile à maîtriser : l’effet de groupe. Vous trouverez peu de nouvelles chaînes beauté ne possédant pas leur « Challenge », « Une journée avec moi », « Tag » pas forcément lié à un contenu esthétique. Et pour cause c’est devenu la norme, les plus « grandes » l’ont fait il faut donc suivre l’exemple pour fonctionner. C’est normal, indispensable pour être considéré comme faisant partie du groupe. Là encore les gens font bien ce qu’ils veulent mais quand les contenus de ce type dépassent les vidéos réellement axées beauté je pense qu’on peut se passer de la mention « beauty » ou « beauté » dans son pseudo/titre. 

En bref Youtube évolue, les attentes de son public aussi, la mode se répand et c’est normal. Est-ce qu’on gagne en qualité ? Je n'en suis pas sûre. 

14 Responses so far.

  1. Complètement d'accord avec ton article. La preuve est que je délaisse de plus en plus Youtube ... pourtant je suis abonnée à énormément de chaînes mais je ne regarde quasiment plus aucune vidéo de mon fil d'actualité. Voir 10x la même vidéo ne m'intéresse pas du tout. C'est dommage, on perd vraiment ce qui faisait le charme de cette communauté il y a encore quelques années de ça. Après, c'est clair qu'il y a un boulot de dingue derrière certaines vidéos et que certaines doivent vraiment y passer un temps de malade, mais pour ma part, je préfère regarder une vidéo dans un style plus "amateur" qu'un truc qui fait hyper pro avec un montage calibré au millimètre.

  2. Ann Soo says:

    Alors là, bravo!

    J'ai écrit cette semaine un article sur Youtube mais plus d'un point de vue de l'exemple que cela donne aux plus jeunes.

    Mais ce soir, j'ai voulu me maquiller pour sortir et je ne savais pas trop comment. Alors j'ai voulu me tourner vers Youtube pour trouver l'inspiration et surtout les conseils adequats. Après tout c'est la raison première pour laquelle j'ai commencé regarder des vidéos.

    Sauf que je ne savais plus. Aucune des Youtubeuses que j'avais l'habitude de regarder, à part une, ne produit plus vraiment de contenu de qualité en terme de make up ou de beauté en règle général. Et là je lis ton article qui met des mots sur ce que je pensais sans m'en être rendu compte.

    Alors merci beaucoup et bravo pour ce super article!

  3. Linette says:

    Je comprends moi aussi je trie de plus en plus YT, les contenus génériques ne m'intéressent plus et finalement,mes préferees sont des YTbeuses moins connues mais dont le contenu est plus proche de mes besoins...les défilés de mode ou les Vlogs me fatiguent...

  4. Bulle says:

    L'"effet de groupe" se retrouve un peu partout. Pareil sur les blogs: souvent les mêmes sujets qui reviennent, qui sont traités et retraités. Je parle surtout des billets humeurs. Sur Instagram, c'est pareil. C'est dommage oui .

  5. Melgane says:

    Effectivement toutes se ressemblent. Quand l'une fait quelque chose qui marchent, toutes suivent, pour ne pas être distancées. Comme... Apple et Samsung qui font la course au meilleur téléphone. Mais c'est normal : elles ont des blog/chaîne-entreprises, elles en vivent, elles doivent gagner de l'argent. Mais le plus "drôle" c'est qu'aucune n'assume entièrement : ça leur arrive plutôt régulièrement de dire au détour d'une vidéo, ou dans une vidéo dédiée (en tout cas y'en avait quand je regardais encore, ça doit faire à peu près un an maintenant), qu'elles ne sont pas soumises aux marques, qu'elles trient les partenariats... Parce qu'elles sentent bien que ça part en cacahuète. Dans un article en sélection Hellocoton l'autre jour, "la fin de la blogosphère mode ?" il me semble, l'auteur disait qu'avec un logiciel d'estimation de pages vues elle avait remarqué qu'avant les blogueuses avaient 10 000 pages vues à la journée, et maintenant seulement 3000. Je pense que le système va lentement être le même pour Youtube.

  6. Vraiment sympa cet article ! Et vachement complet , chapeau pour les graphiques ;)
    Je ne suis pas vraiment de youtubeuse beauté, parce que justement si au début leur contenue se résumé à la beauté aujourd'hui on connait désormais toute leurs vie. C'est un peu la grande vague des vlog, et je suis contente pour elle qu'elles s'y plaisent mais comme tu le dis il ne faut chercher uniquement le nombre de vue, de commentaires et tous ça. Ça perd de son authenticité ... et c'est dommage !

    xx, Clémence

  7. Ah ton article est juste génial !
    Tout comme toi j'ai tendance à regretter le Youtube d'avant. Aujourd'hui il n'est que course aux abonnés et à la popularité. Je pense que les blogs sont les nouvelles plateformes authentiques sur lesquelles on entend vraiment parle de beautés avec des conseils super sympa !

    Tendresse et baisers sucrés

  8. Je te conseille la chaîne de Marie de l'Instant (f)utile, si tu ne la connais pas, non seulement cette fille est une bouffée d'air frais mais en plus elle fait principalement des tutos de maquillages divers sympas en papotant (pas trop non plus), et des favoris avec la merveilleuse option d'un bouton pour passer au suivant si le présent ne t'intéresse pas... bref j'adhère :')

  9. Merci pour cet article pertinent ! Moi je pense que c'est un effet de mode et que comme tout, ça passe... Quand tout le monde aura eu son overdose, peut-être que l'authenticité et la réelle passion reviendront... Ou bien, un nouveau concept apparaîtra et on délaissera le reste ;)

  10. Je suis tellement d'accord avec toi !

  11. J'ai tellement ri en voyant ton illustration "Salut les filles". Cette phrase m'horripile tellement quand je visionne des vidéos Youtube !
    Je suis d'accord avec toit sur le fait qu'il y a un manque d'originalité grandissant sur la plateforme et ça fait vraiment peur. Il y a plein de comptes auxquels je suis abonnées mais dont je ne regarde plus les vidéos parce qu'elles sont pourries ou parce qu'il s'agit d'un énième vlog inintéressant :s

  12. Ton article est vraiment très interressant et plein de justesse , je ne m'en étais pas rendu compte, que toutes font la même chose oui, mais qu'au final, "la beauté, n'était pas si présente que ça , c'est souvent du blabla et beaucoup de revues mais des make up, des coiffures, à part Sananas qui en fait très souvent, ça devient vraiment rare. Bel article en tout cas !!

  13. Anonyme says:

    Tellement d'accord je commence à me tourner de plus en plus vers les "petites" YouTubeuses qui n'ont pas encore perdu l'esprit de ce qui était le YouTube béauté a la base : un partage du savoir se maquiller !

  14. Layla says:

    Je suis super fan de ton article ! D'abord parce qu'il est hyper bien écrit, très pro et qu'il a fait l'objet d'une vraie analyse. Mais aussi et surtout parce que je suis entièrement d'accord ! Il n'y a pas si longtemps je parlais de ce phénomène avec des amies et je m'inquiétais sincèrement de l'influence des ces youtubeuses sur les plus jeunes. Je n'ai rien contre le principe en soi, au contraire, j'ai moi aussi pu apprécier certains tutoriaux à l'époque, mais comme tu le dis, on perd énormément de valeur et l'objectif même de base de ces chaînes. Sincèrement, j'ai peur pour la nouvelle génération... D'ailleurs, je viens d'apprendre par ton article que certaines parlaient du fait qu'elles avaient arrêté l'école, (il faut dire que je ne suis plus le mouvement...) et comme tu le dis, je n'ai également rien contre ça et respecte le choix de chacun. Le fait est que ces personnes s'adressent à un public vulnérable de par leur âge et de ce fait influençable, ce qui est assez dangereux. Il faut juste en prendre conscience... (Mais bon, tant que ça profite aux marques, on ne risque pas d'agir... ;) )

Leave a Reply